Ajak Deng n’est pas prête d’arrêter d’impressionner sur le runway, et compte bien continuer à dénoncer les discriminations raciales dans l’industrie.

il y a à peine quelques jours, la mannequin AUSTRALIENNE (oui, on peut être noir(e) et ne pas avoir la nationalité d’un pays africain) ajak deng a annoncé, sur son profil instagram, qu’elle mettait un terme à sa carrière de mannequin, en raison de l’hypocrisie de l’industrie de mode. industrie qui, censée prôner égalité, originalité, amour et tout le tralala, traîne des pieds quand il s’agit de caster des modèles de couleur pour des défilés ou des photoshoots. oui oui, nous sommes bien en 2016, et certaines marques et créateurs semblent réticents à sélectionner des mannequins de couleur pour leurs shows. en dépit de tout l’amour que j’ai pour eux, raf simons et phoebe philo sont des exemples pour le moins frappants, allant parfois à faire des all-white shows (fw12 chez céline par exemple). bien que les choses aient changé, puisqu’on peut espérer voir 3 mannequins noires à certains défilés, les chiffres parlent d’eux-mêmes. selon une étude menée par thefashionspot pour la saison ss16, sur les 9926 mannequins ayant défilé, seules 8,5% étaient d’origine afro-américaine. oui, cela fait 844 mannequins. sur 9926. et, pour être honnête, je doute fortement que les personnes noires ne représentent que 8,5% de la population mondiale, et encore moins que les blanches comptent pour 77,6% des 7 milliards d’individus que nous sommes. et je ne parlerai même pas des mannequins latinos qui représentent un whooping 2,6% des mannequins castées. mais, passons ce léger détail et revenons à ajak deng qui, mine de rien, envoye un message plus qu’important.

ajak deng for archetype issue 4
ajak deng for archetype issue 4

contre toute attente, il y a à peine une heure, la top a annoncé sur instagram qu’elle ne mettrait pas fin à sa carrière. AMEN. découverte en 2008, la jeune femme de 26 ans a toujours eu le courage de dénoncer le racisme omniprésent dans l’industrie de la mode, que ce soit en portant tout récemment un sac “#blackmodelsmatter”, ou en tweetant ” i was kicked out of Balmain for being black” and “I know a lot of black models would rather kiss someone’s a** than being honest but guessed what? I do not gaged a damn f***”. la mannequin n’en est ainsi pas à son premier coup de gueule justifié, et est d’ailleurs une des seules, avec naomi campbell et iman, à régulièrement dénoncer ce genre de problèmes. néanmoins, je ne tiens pas à blâmer les autres mannequins noires plus silencieuses, quand on voit que des dindons sans charme mais célèbres comme gigi hadid parviennent à être bookées au dépens de mannequins méritantes, comme jourdan dunn à tout hasard,  on comprend mieux leur silence.

toujours est-il que dans ce récent post instagram, ajak dit en substance qu’abandonner (le mannequinat) était une option facile, et qu’elle compte bien poursuivre son combat en tant que mannequin avec amour et pardon. et c’est là que nous, amoureux de la mode, pouvons agir, au même titre qu’ajak le fait, à notre échelle. au lieu de se répandre en lamentations sur nos petits blogs sans vouloir rien changer, il nous appartient de faire quelque chose. cessons de promouvoir les marques pour qui casting de modèles rime avec “white”. si aucun éditeur influent n’agit, ne call out directement les designers sur l’absence de mannequins de couleur, faisons-le nous-mêmes. AGISSONS. il est de notre devoir, en tant que nouvelle génération, de prouver que le changement est à portée de main. que le changement est possible.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *